May 18, 2018

L’utilisation d’une FEO à traction cervicale améliore-t-elle la position de la canine n’ayant pas encore fait éruption ?

La FEO à traction cervicale est utilisée pour corriger les relations molaires. Mais cela influence-t-il la position des canines en cours d’éruption ? Ce nouvel article s’est intéressé à cette question clinique.

L’interception des canines permanentes à risque d’inclusion est l’un des objectifs des traitements orthodontiques précoces. L’utilisation précoce de FEOs a été étudiée dans plusieurs essais cliniques. Malheureusement, ceux-ci avaient de nombreuses failles méthodologiques et il est difficile d’en tirer des conclusions claires. De ce fait, j’ai été très intéressé par ce nouvel article. Une équipe de Norvège et de Finlande a réalisé cette étude. Le Journal Européen d’Orthodontie (EJO) a publié cet article.

Le traitement par FEO chez les jeunes enfants affecte-t-il le trajet d’éruption de la canine maxillaire ?

Sigurd Hadler-Olsen et al

EJO on line DOI: 10.1093/ejo/cjy013

Qu’ont-ils recherché ?

Ils ont entrepris cette étude pour répondre à la question suivante : “Le traitement par FEO chez les jeunes enfants influence-t-il le trajet d’éruption des canines maxillaires permanentes ?”

Qu’ont-ils fait ?

Ils ont récupéré des données de 2 essais cliniques randomisés qui ont étudié les effets des traitements précoces par FEO sur des enfants de 7 ans. Dans la première étude, ils ont évalué les résultats de traitement par FEO chez 71 enfants. La seconde étude était similaire et concernait le traitement de 67 participants.

Le PICO était le suivant :

Participants : enfants de 7 ans avec une malocclusion de Classe II d’Angle.

Intervention : force extra orale à appui cervical avec une force de 400-700 g portée 8-10 heures par jour.

Contrôle : sans traitement.

Variable étudiée : position radiographique des canines maxillaires en début et en fin de traitement par FEO (lors de l’obtention d’une Classe I molaire bilatérale).

Les enfants ont été randomisés en 2 groupes au début du traitement. Ils n’ont pas présenté les détails de l’étude dans cet article. Cependant, j’ai jeté un œil aux articles d’origine et ils ne donnaient pas de précisions au sujet de la randomisation, de la génération des séquences, de la dissimulation de la répartition et de la mise en aveugle.

Lorsque j’ai regardé l’article actuel, je n’ai pas pu trouver d’informations concernant la mise en aveugle du recueil des données.

Ils ont mené une analyse statistique appropriée et détaillée.

Qu’ont-ils trouvé ?

Ils ont fourni une grande quantité de données et j’ai résumé les points principaux :

L’utilisation d’une FEO à appui cervical a conduit à :

  • une augmentation du périmètre d’arcade de 3mm (IC à 95% 1,13 – 4,89, p = 0.002)
  • une éruption plus distale et verticale des canines permanentes maxillaires, mais la taille de l’effet était généralement de quelques degrés seulement et je ne pense pas que ce soit significatif cliniquement.

De plus :

  • l’angulation de la canine a plus changé s’il y avait des diastèmes au sein de l’arcade
  • en cas d’encombrement, la FEO n’avait pas d’influence sur la position de la canine.

Ils ont conclu :

“Le traitement par FEO influence le chemin d’éruption des canines maxillaires, surtout lorsqu’il y a des diastèmes présents sur l’arcade.”

Qu’en ai-je pensé ?

 Premièrement, nous devons prendre en compte qu’il s’agit d’une nouvelle analyse de données issues de 2 études publiées précédemment. Les 2 essais sont très similaires et il semble logique de combiner les données obtenues pour augmenter la puissance des 2 études. Cependant, j’ai décidé de regarder les publications d’origine. La première a été publiée en 2005, et je pense que la seconde l’a été en 2004 (mais ce n’était pas clair).

J’ai trouvé plusieurs problèmes. J’aimerais faire remarquer que cela reflète l’état du développement des essais cliniques orthodontiques d’il y a plus de 10 ans. Comme je l’ai mentionné précédemment, ils n’ont pas donné assez de précisions sur la randomisation, la génération des séquences, la dissimulation de la répartition, le consentement et la mise en aveugle. Quand on combine cela avec le manque de mise en aveugle au moment de l’enregistrement des données dans cet article, cela signifie que les études sont à haut risque de biais.

De plus, je pense que nous devons être précautionneux quant à la façon dont nous interprétons ces résultats. A ce sujet, les auteurs sont très clairs. Ils n’ont que mesuré la position radiographique de canines n’ayant pas fait leur éruption. Cette étude n’était pas à propos d’un traitement pour intercepter des canines incluses en palatin.

Ainsi, nous pouvons uniquement conclure que le traitement précoce par FEO peut résulter en un changement des chemins d’éruption de canines. Cela ne signifie pas moins d’inclusions.

Ce résultat tend à rejoindre d’autres études qui ont analysé les effets de la FEO sur les canines incluses. Malheureusement, ces études ont des erreurs de méthodologie et de rapport des données. Par conséquent, nous devons être prudents.

En conclusion ?

 Mon sentiment général est que la recherche actuelle suggère qu’il peut y avoir une influence de créer de l’espace sur le chemin d’éruption des canines permanentes. Ceci est particulièrement vrai pour les extractions de canines temporaires. Cependant, avant d’aller poser des FEOs pour améliorer et normaliser la position des canines, nous avons certainement besoin de meilleures études.

 

Je continuerai à extraire des canines temporaires pour tenter d’intercepter les canines incluses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *